Comment se préparer avant un traitement de Fécondation In Vitro ?


Si vous prévoyez de commencer un traitement de fertilité FIV, voici quelques conseils pour vous préparer l’esprit et le corps afin que vous soyez prêt et préparé pour tout ce qui vous attendra.

Faites un plan 

La FIV est un processus long et intense. Lorsque vous recevez vos médicaments pour la première fois, cela peut vous sembler accablant. Pour rester organisé, imprimez des pages de calendrier vierges et écrivez dans chaque case ce qui se passe chaque jour, cela pourrait rendre le tout beaucoup moins intimidant car vous pouvez vous concentrer sur un jour à la fois et rayer chaque jour au fur et à mesure. 

Créez un réseau de soutien 

Assurez-vous d’avoir beaucoup de soutien autour de vous, que ce soit votre partenaire, vos amis ou votre famille. C’est un processus si intense. Vous allez être absolument crevé la plupart du temps et les injections vous donneront des maux de tête et vous rendront si fatigué.  Faites une pause dans le ménage si vous faites vous même les corvées ; engagez quelqu’un ou demandez un membre de votre famille de les faire à votre place. C’est la meilleure chose à faire pour vous.

Parlez-en avec vos proches

Ne le gardez pas enfoui. Beaucoup de gens n’aiment pas parler de leurs luttes pour la fertilité, mais un problème partagé est un problème réduit de moitié. Demandez à une amie de vous supporter et de vous accompagner surtout lors de votre opération de collecte d’œufs. Cela vous fera beaucoup de bien.

Mangez bien 

Il est temps d’être en bonne santé, de manger beaucoup de fruits et de légumes frais et d’aliments non transformés. Les protéines sont également essentielles à la production d’œufs, alors faites des réserves ! Les choses à arrêter sont la caféine, l’alcool et les cigarettes. 

Faites des exercices physiques

L’exercice, c’est bien, mais n’en faites pas trop. Des exercices doux comme la marche, la natation ou le yoga sont parfaits pour maintenir la circulation sanguine et libérer des endorphines antistress. Il faut éviter de faire des exercices vigoureux à moins que votre médecin n’y consente et ne vous le conseille. 

Évitez les bains chauds et les jacuzzis 

Prendre un bain, c’est bien, mais assurez-vous que l’eau n’est pas trop chaude ! Cela pourrait avoir des impacts sur votre corps ou votre santé nuisant ainsi à tous vos efforts.

Essayez l’acupuncture 

Des études ont montré des taux de réussite plus élevés lorsque le patient a reçu de l’acupuncture en même temps que son cycle de FIV. Scientifiquement, personne ne peut dire exactement pourquoi ça marche, mais certaines personnes ont essayé et ça a marché pour elles. Cela vaut le coup d’essayer ! 

Détendez-vous 

C’est le point le plus important et c’est rien de le dire. Détendez-vous. C’est vrai que c’est plus facile à dire qu’à faire quand vous avez investi votre cœur et votre âme dans quelque chose, mais il est tellement important de garder le corps sans stress. 

Effacez de votre journal tout ce qui pourrait vous causer du stress et faites tout ce que vous aimez, soyez entouré de gens qui vous font sentir positif, occupez-vous du numéro un, pensez positif et on ne sait jamais. ce pourrait être votre moment. Bonne chance ! 

Dois-je éviter le gluten dans les premiers aliments de mon bébé ?

Les experts recommandent d’attendre que votre bébé ait six mois avant de lui proposer des aliments solides. Pour la plupart des enfants, y compris ceux qui présentent un risque plus élevé de maladie cœliaque en raison d’antécédents familiaux, il n’y a aucune preuve d’un risque accru de maladie cœliaque, que vous introduisiez du gluten à l’âge de six mois ou même plus tard, à l’âge de 12 mois. 

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est une protéine présente dans les céréales. Il aide à rendre la pâte à pain extensible lorsque vous la travaillez. Les produits à base de blé, tels que les céréales de petit déjeuner et les biscottes, contiennent du gluten. On trouve des protéines similaires dans l’orge, le seigle et l’avoine. Le riz, cependant, ne contient pas de gluten. 

Qu’est-ce qui provoque la maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque est causée par une sensibilité excessive de l’intestin au gluten, ce qui entraîne une inflammation. Cette inflammation dans l’intestin peut rendre difficile pour le corps de votre bébé d’absorber les nutriments de sa nourriture. 

Quels sont les symptômes d’une maladies cœliaque chez un bébé ?

Si votre bébé développe une maladie cœliaque, vous remarquerez probablement les symptômes lorsqu’il sera âgé de neuf à 18 mois. Votre bébé peut sembler instable et irritable, et il peut avoir :

  • la diarrhée ;
  • une perte de poids ou un faible gain de poids ;
  • un petit appétit ;
  • un ventre gonflé.

La maladie cœliaque est peu commune. Il peut y avoir d’autres raisons pour lesquelles votre bébé est perturbé ou a un mauvais ventre. Cependant, si vous craignez qu’il puisse avoir une maladie cœliaque, ou si cette maladie est présente dans votre famille, consultez votre médecin généraliste. La maladie cœliaque a une forte composante génétique. 

Que faire en cas de doute sur la maladie ?

Ne retirez pas le gluten de l’alimentation de votre bébé avant de consulter votre médecin. Votre bébé doit avoir du gluten dans son alimentation pour que le test sanguin de la maladie cœliaque puisse dire si elle affecte son intestin. Une fois que le gluten a été coupé, la maladie cœliaque peut être très difficile à diagnostiquer. 

Que se passera-t-il si le bébé est atteint de la maladie ?

Si votre bébé est atteint de la maladie cœliaque, il devra manger des aliments sans gluten pour le reste de sa vie. Vous serez référée à une diététiste qui pourra vous aider à choisir les bons aliments pour votre bébé. Même si votre bébé ne peut pas avoir de gluten, vous pourrez lui offrir une vaste gamme d’aliments savoureux et nutritifs.

A quoi ressemblerait votre bébé à la septième semaine de votre grossesse ?

A sept semaines de grossesse, votre bébé a à peu près la taille d’un bleuet ! Vous pouvez maintenant déterminer votre date d’accouchement et utiliser une échographie pour détecter les battements de cœur et le développement du cerveau du bébé.

Comment calculer la date d’accouchement ?

Comme la plupart des femmes ne connaissent pas la date exacte de la conception, la méthode standard pour consigner une grossesse est de compter à partir du premier jour de vos dernières menstruations. Cette méthode suppose que vous ovulez 14 jours après le début de vos règles et que vous vous souvenez du jour où vos règles ont commencé. Ces résultats donnent aux médecin et à vous une estimation approximative de la date d’accouchement de votre bébé.

A quoi sert votre première échographie ?

Pour une datation plus précise de la grossesse, les médecins peuvent demander une échographie. Les mesures minutieuses prises au cours du premier trimestre sont encore plus précises pour prédire l’âge d’un embryon que les échographies effectuées plus tard dans la grossesse. Grâce à ces mesures, un échographiste peut déterminer l’âge d’un bébé en quelques jours. Au fur et à mesure que le futur bébé grandit, ces mesures sont moins fiables pour prédire l’âge d’un bébé en raison des taux de croissance variables. Tout comme les enfants ont des formes et des tailles différentes, les bébés in utero peuvent aussi grandir à des rythmes différents. 

En plus de déterminer la date de votre accouchement, votre médecin pourrait vous demander une échographie précoce pour diverses raisons entre autres pour confirmer votre grossesse, pour enregistrer les battements de cœur du futur bébé ou pour déterminer si vous avez des douleurs pelviennes ou des saignements vaginaux. Vous connaissez peut-être déjà les échographies des émissions de télévision populaires ou de la participation à des examens avec des amies enceintes. Ces échographies transabdominales sont effectuées en plaçant du gel froid sur le ventre et en utilisant un transducteur, qui émet des ondes sonores, pour générer une image de votre bébé en développement. Plus tard dans la grossesse, cette méthode fonctionne bien. Mais au début de la grossesse, lorsque l’embryon est encore minuscule, l’échographiste devra très probablement faire un examen transvaginal. Avec une échographie transvaginale, le sonographe place le transducteur dans le vagin. Le transducteur sera non seulement capable de saisir des images de votre bébé en pleine croissance, mais il produira également des images plus détaillées qu’avec un examen transabdominal. 

Comment se développe le cerveau de votre bébé à ce stade ?

Bien que votre bébé ne mesure qu’ environ un  centimètre de long et qu’il soit toujours courbé aussi étroitement qu’une virgule, il grandit rapidement. Une partie de la croissance la plus importante se produit dans son cerveau, où de nouvelles cellules nerveuses se forment à la vitesse stupéfiante de 100 000 par minute. A mesure que les cellules du cerveau de votre bébé se multiplient, elles se ramifient et se connectent, formant les premières voies primitives pour son système nerveux central. Au moment où votre bébé naîtra, son cerveau aura plus de 10 millions de cellules nerveuses entrelacées ! 

A ce stade son cerveau est en train de se former en trois parties distinctes. La première partie, c’est le cerveau antérieur, il est la plus grande section, qui deviendra plus tard le cerveau, le thalamus et l’hypothalamus qui est le centre nerveux du cerveau. Le mésencéphale, comme son nom l’indique, se situe entre l’avant-céphale et l’arrière-céphale, et est relié au tronc cérébral et à la moelle épinière. Enfin, l’arrière-cerveau, à l’arrière de la tête, contient le cervelet et d’autres structures qui guident les fonctions corporelles inconscientes, comme la respiration. Chacune de ces sections cérébrales délicates et interconnectées commence à peine à se former. 

Alors que son cerveau se développe à l’intérieur de sa tête, les traits de son visage prennent forme à l’extérieur. On ne peut pas encore dire si elle a les oreilles de grand-père, mais ses structures auditives commencent à se former. En fait, toutes les parties de son corps commencent à se développer. Là où il n’y avait que des bourgeons, votre bébé a maintenant des palettes pour les bras et les endroits où ses doigts se forment.

Comment soulager les maux et les douleurs pendant la grossesse ?

Il est normal d’avoir des maux et des douleurs pendant la grossesse, vous êtes en train de faire grandir un bébé après tout, mais quand il s’agit de traitement, tout n’est pas sûr. Obtenez le verdict sur les huiles essentielles pour les coussins anti-douleur et chauffants pendant la grossesse. Il n’est pas anormal d’avoir des douleurs lorsque vous faites pousser un être humain dans votre ventre (en fait, c’est en quelque sorte logique, à moins que vous ne soyez habitué à être habité par un extraterrestre), mais n’oubliez pas de vous renseigner auprès de votre sage-femme ou de votre médecin à ce sujet également.

Bien que la douleur ne signale pas toujours un problème, elle le fait parfois. Souvent, c’est un message direct de votre corps qui vous dit qu’il a besoin d’aide. Parfois, cependant, cela fait partie de l’accord avec la grossesse. Les muscles s’étirent, les os s’écartent et les bébés deviennent lourds. Que faire de tout ce malaise ?

Les médicaments non autorisés 

L’ibuprofène, la Motrin, l’Advil et d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’aspirine et le naproxène figurent sur la ” liste des médicaments interdits “, sauf dans les cas où votre médecin l’a spécifiquement prescrit. Ils peuvent causer des saignements, des irritations de l’estomac et ne sont pas approuvés pour les fœtus en développement. Le Tylenol est bon, mais n’en faites pas trop. Utilisez la dose la plus faible possible de tout médicament pour obtenir un soulagement et parlez-en à votre médecin. 

Que pouvez-vous faire d’autre ? Voici quelques options.

Les massages et les huiles essentielles pour la douleur

Vous pouvez essayer le massage si vous avez dépassé le premier trimestre. Les règles sont les suivantes : ne pas se mettre sur le dos, éviter la chaleur excessive et les émanations. Trouvez un massothérapeute ayant de l’expérience et une formation en massage prénatal. Quant aux huiles de massage ? Il est courant pour les gens de penser que ce n’est pas parce que quelque chose va sur la peau que cela va affecter le reste du corps. La peau a des pores qui peuvent absorber les solutions. Les vapeurs montent dans votre nez et circulent dans vos flux sanguins. Votre corps est très habile à absorber et à inhaler des substances et il faut faire attention à ce à quoi on l’expose, surtout lorsque vous êtes enceinte. Donc, l’arnica est un non et la lavande, un oui. 

L’Association Nationale pour l’Aromathérapie Holistique (ANAH) souligne que la peau est souvent plus sensible pendant la grossesse et que certaines huiles et certains arômes que vous aimiez avant la grossesse peuvent maintenant être ressentis ou sentir mauvais. 

Voici ce qui est recommandé : “Toujours diluer les huiles essentielles ! ” 

L’application directe est trop intense. L’ANAH fournit cette liste partielle d’huiles essentielles diluées qui pourraient avoir moins de potentiel d’effets nocifs possibles :

  • les huiles de camomille,
  • le géranium,
  • le jasmin,
  • la lavande,
  • le néroli,
  • le patchouli,
  • le bois de santal,
  • l’ylang ylang.

Les coussinets chauffants pour la douleur pendant la grossesse

Les coussins chauffants sont considérés comme sûrs pendant la grossesse parce qu’ils ne font que réchauffer la zone où vous les appliquez et non votre température corporelle. Les bains chauds, pas chauds, sont aussi très bien mais ne faites pas tremper dans le jacuzzi avant l’accouchement. 

Voici, pour conclure le témoignage et le conseil d’une maman  : “Si vous êtes en retard dans votre troisième trimestre et que vous êtes aussi maladroit que moi, demandez à quelqu’un de vous aider à entrer et à sortir. Vous parlez d’un moment gênant. J’avais une semaine de retard avec mon premier bébé quand j’ai été coincée dans la baignoire de notre appartement. Je ne pouvais pas soulever mon ventre et ne pouvais pas me retourner. Je ne pouvais rien faire avant que mon mari revienne du marché et me retire. à ce moment-là, l’eau était froide et j’étais pitoyable et gêné. Tous les bienfaits de ce bain apaisant se sont envolés dans les égouts. Je n’ai pas répété cette erreur avec mes autres bébés. Tenez bon, mesdames.”