4 idées reçues sur la procrastination

4 idées reçues sur la procrastination

Avez-vous tendance à toujours renvoyer ce que vous devez faire, ou ressentir trop de paresse ou de lourdeur qui vous empêche de faire vos tâches, il s’agit de la procrastination. Ce phénomène touche un nombre important de personnes aujourd’hui. Si vous souhaitez mieux vous informer sur la procrastination, cet article va apporter des réponses à toutes vos questions.

La procrastination est un mal nécessaire lorsqu’on travaille sous stress

La plupart des personnes se disent incapables de faire les choses par elles-mêmes sans l’intervention d’un tiers, ou encore sans une pression exacerbée. En absence de ces facteurs, ces personnes deviennent moins productives et insouciantes. Pour remédier à cette situation créée par l’absence d’une autorité exerçant une pression acerbe, celles-ci se créent des facteurs favorables à leurs conditions pour être productifs. La plupart du temps il s’agit de la procrastination.

A lire également : Un guide pour pratiquer du sport à la maison

En effet, certaines personnes sont convaincues qu’en remettant à plus tard ce qu’ils peuvent faire à un instant donné, elles le feront mieux lorsqu’elles seront en manque de temps. C’est une façon de se créer la cette pression tant recherchée et qui est inhérente au travail bien fait, du point de vus de ces individus. Effectivement, ceux-ci pensent mieux travailler lorsqu’ils sont sous le stress, plutôt que lorsqu’ils savent qu’ils ont encore beaucoup de temps.

Cependant, cela est bien faux ! Il s’agit d’une excuse pour apaiser sa conscience et son égo. Un exemple simple : votre supérieur vous confie une mission avec 24 heures pour l’exécuter. Lorsque vous démarrez le plus tôt possible et que le résultat n’est pas vraiment ce qui est attendu de vous, vous vous sentez tout d’un coup nul.

Lire également : Pourquoi faire une cure de spiruline ?

Après tout, vous avez eu, tout le temps nécessaire, mais vous n’avez pas pu satisfaire. En revanche, lorsque vous écoulez les 2/3 du temps imparti sans toucher à la tâche assignée et que vous le faites pendant les 1/3 restant, quel que soit le résultat obtenu, vous ne blâmez pas votre performance. Mais, vous trouvez plutôt que si vous aviez eu plus de temps pour exécuter votre tâche, elle serait encore meilleure qu’elle ne l’est. Ce qui constitue tout simplement une excuse pour votre égo.

idées reçues sur la procrastination

En réalité, vous n’avez pas besoin de procrastiner pour atteindre votre objectif. Si vous le faites, c’est justement pour vous trouver des excuses lorsque le résultat que vous obtenez n’est pas satisfaisant.

La procrastination est un signe de paresse

Pendant bien longtemps, la procrastination a été un synonyme de paresse. Aujourd’hui encore, ces deux mots sont confondus. Mais, il serait totalement absurde de déclarer qu’une personne qui tergiverse est un paresseux. Certes des paresseux existent et passent le clair de leurs temps à procrastiner. Mais ça serait mal comprendre le sens exact du mot si on assimile tous les procrastineurs à des paresseux.

La procrastination c’est de remettre à plus tard ce qu’on pourrait faire dans l’instant. Cependant, pendant ce temps, l’individu concerné peut s’occuper à d’autres tâches moins importantes. Il peut par exemple, abandonner son travail et profiter de l’occasion pour effectuer le rangement chez lui. Ce qui ne fait évidemment pas de lui, un paresseux. Un paresseux, c’est quelqu’un qui procrastine et qui à côté, ne fait rien d’autre pour s’occuper.

Ce qui fait que de plus en plus de personnes procrastinent, ce n’est pas uniquement la paresse, mais la peur, l’anxiété, le dégoût ou bien d’autres facteurs. L’individu qui remet une tâche à plus tard, se sent peut-être mal à l’aise face à cette tâche, ou se sent moins prêt à l’affronter au moment où il décide de le remettre à plus tard.

La procrastination peut être évitée par une bonne gestion du temps

« Seule la planification peut résoudre le problème de la procrastination » : c’est ce que pense l’opinion commune. Mais même une bonne planification n’aide pas plus que sa propre volonté de faire les choses importantes dès la première occasion. En effet, planifier et s’organiser peut déjà constituer une forme de procrastination en soi.

D’abord, lorsque vous mettez à planifier votre temps, vous remettez à plus tard ce que vous auriez pu faire pendant ce moment. Ensuite, une fois la planification faite, vous classez les tâches par ordre de priorité, et là aussi vous mettez pour une autre occasion ce que vous devez normalement faire, mais qui est moins important.