Comment bien choisir son défibrillateur ?

Comment bien choisir son défibrillateur ?

Parmi les maux qui atteignent de plus en plus de personnes de nos jours, on compte les accidents cardio-vasculaires. Ils sévissent sans distinction d’âges et conduisent souvent au décès de la victime. Heureusement pour y faire face on peut recourir au défibrillateur. C’est un appareil qui permet d’entretenir la victime dont le cœur présente un rythme cardiaque anormal. Et ce, avant qu’elle ne soit prise en charge par le personnel soignant qualifié. Pour vous permettre de vous familiariser avec cet appareil de secours, nous allons vous le présenter et vous montrer ses critères de sélection.

Tout savoir sur le défibrillateur

Dispositif médical, le défibrillateur permet de faire la défibrillation. Le but étant de délivrer volontairement à un cœur dont le rythme cardiaque est anormal, une décharge électrique. Pour ce faire, il est composé de deux électrodes et d’un bloc électrique alimenté par une batterie ou par des piles favorisant sa mobilité. La décharge électrique est émise au niveau du bloc et délivrée par les électrodes. On rencontre deux types de défibrillateurs, l’un entièrement automatique (DEA) et l’autre dit semi-automatique (DSA). Le défibrillateur semi-automatique analyse l’activité cardiaque de la victime. Vous obtiendrez plus d’informations sur defibril.fr. Le défibrillateur entièrement automatique quant à lui fournit juste un tracé du rythme cardiaque. Choisir l’un ou l’autre de ces types de défibrillateur revient à prendre en compte des critères clairement définis.

A lire en complément : Quelle méthode de stérilisation utiliser pour la désinfection du matériel médical ?

Les critères de sélection

Les critères permettant de bien faire le choix de son défibrillateur son nombreux. Le plus important d’entre eux est certainement la certification du fabricant. Ce dernier doit être agréé et justifier d’une expérience de plus de 3 ans dans le domaine. Il devra également donner les caractéristiques techniques de l’appareil et faire un essai pour s’assurer de son fonctionnement. En plus de cela, ce dispositif médical doit être pratique et simple d’utilisation pour garantir le bien-être de l’utilisateur. Enfin, toujours consulter les avis des clients sur le produit.

Les différents types de défibrillateurs et leurs spécificités

Il existe différents types de défibrillateurs, chacun ayant ses spécificités. Tout d’abord, il y a les défibrillateurs automatisés externes (DAE) qui sont destinés à un usage grand public. Ils permettent une utilisation simplifiée et automatisée avec l’aide vocale pour guider l’utilisateur dans la procédure de réanimation. Il y a les défibrillateurs semi-automatiques (DSA), destinés aux professionnels de la santé comme les médecins ou encore le personnel des urgences.

A lire aussi : Savon et gel hydroalcoolique : quelles différences ?

En ce qui concerne leur fonctionnement lors d’une intervention, on peut distinguer deux grands types de défibrillateurs : ceux qui délivrent un choc électrique externe et ceux qui agissent par stimulation cardiaque interne. Les premiers sont ceux que l’on utilise couramment en cas d’arrêt cardiaque soudain chez une personne ne présentant pas de signe vital ni respiratoire. Dans ce cas précis, le DAE est recommandé car il est facile à manipuler même si vous n’êtes pas formé aux gestes des premiers secours.

Pour les autres situations critiques où la personne présente encore une activité électrique normale du cœur mais dont son rythme cardiaque ne répond plus correctement au besoin physiologique du corps humain (tachycardie ventriculaire ou fibrillation ventriculaire), on utilisera plutôt un DSA afin d’intervenir sur le patient en toute sécurité avec un suivi médical adapté à cette situation.

Quant aux paramètres techniques essentiels liés au choix du dispositif médical, il faut avant tout tenir compte du taux de charge électrique, exprimé en joules. Plus cette valeur est élevée, plus l’efficacité du défibrillateur sera grande pour rétablir le rythme cardiaque normal chez la victime.

Il faut savoir que chaque type de défibrillateur a une durée de vie limitée. Il faudra donc veiller à suivre les recommandations du fabricant et procéder régulièrement au contrôle ainsi qu’à l’entretien du dispositif médical afin d’en garantir son efficacité optimale.

Les normes et réglementations à respecter lors de l’achat d’un défibrillateur

Lors de l’achat d’un défibrillateur, pensez à bien respecter les normes et réglementations en vigueur. En France, la vente et l’utilisation des défibrillateurs sont soumises à un certain nombre de règles strictement encadrées par le Code de la santé publique.

Tout d’abord, il faut savoir qu’elles sont définies par les directives européennes. La certification CE garantit ainsi une sécurité minimale pour les utilisateurs et un contrôle qualité du produit.

Depuis 2007, la législation impose aussi que tout lieu recevant du public (ERP) doit être équipé d’un défibrillateur automatisé externe accessible à tous pendant ses heures d’ouverture. Cette obligation concerne notamment les salles polyvalentes, grandes surfaces commerciales ou encore stades où une foule importante peut se rassembler.

Pour assurer une utilisation optimale du matériel acheté et faciliter son adoption sur chaque territoire français, l’utilisateur final devra effectuer une formation spécifique auprès d’une personne habilitée durant quatre heures au minimum. Elle permettra aux futurs utilisateurs de prendre en main efficacement leur appareil dans toutes les situations possibles afin de maximiser leurs chances lorsqu’une intervention s’impose.

Aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels désirant installer un dispositif médical chez eux ou dans leur entreprise, respecter ces réglementations est primordial car cela garantit qu’ils disposent d’un équipement fiable et adapté à leurs besoins réels.

Pensez à bien vérifier avec attention si votre projet doit faire appel à une demande préalable auprès des autorités administratives compétentes pour être en conformité avec les lois en vigueur. Par exemple, l’installation d’un DAE dans un ERP doit faire l’objet d’une déclaration de mise à disposition aux services préfectoraux, tout particulièrement lorsque le bâtiment est classé et/ou présente des risques d’incendie.

Il ne faut pas oublier que toute acquisition de matériel médical peut entraîner des responsabilités civiles voire pénales pour la personne ou l’établissement qui en a fait l’acquisition si celui-ci n’est pas conforme aux normes exigibles ou s’il est mal utilisé. De ce fait, prendre connaissance au préalable de toutes ces réglementations permettra à chacun d’avoir une compréhension claire sur les obligations qu’ils ont à remplir avant de se procurer un défibrillateur.