Tout savoir sur la syllogomanie

Tout savoir sur la syllogomanie

Il n’est pas difficile d’imaginer la vie d’une personne souffrant de syllogomanie, il s’agit du trouble de l’accumulation. Elle vit entourée de piles de choses qu’elle n’utilisera jamais ; une vie parmi des tonnes de choses inutiles.

Accompagnées par la solitude et la tristesse par moments, et confondues avec d’autres maladies, comme les troubles de la personnalité et la démence, à d’autres, ces personnes ne sont pas seulement un problème pour elles-mêmes, elles le sont aussi pour leur entourage. Dans cet article, nous vous disons tout ce qu’il faut savoir de la syllogomanie.

Lire également : Onychomycose : quel traitement pour la soigner ?

Les symptômes de la syllogomanie

Généralement, une personne qui a le syndrome de l’accumulation d’objet a un fort besoin d’acquérir et de stocker des objets et se sent très angoissée lorsqu’elle est obligée de s’en séparer ou même simplement à l’idée de s’en séparer. La personne n’a pas assez d’espace pour accueillir tous les objets qu’elle accumule. Les pièces sont tellement pleines et encombrées qu’elles ne peuvent être utilisées que pour stocker les objets accumulés.

Cette accumulation a souvent un impact négatif sur la capacité d’une personne à fonctionner à la maison et même au travail et à l’école. Par exemple, les personnes souffrant de la syllogomanie peuvent interdire l’accès de leur maison à d’autres personnes, y compris les membres de la famille, les amis et le personnel technique, parce qu’elles sont gênées par le désordre.

A lire également : Perdre vos kilos en trop rapidement : pourquoi utiliser Phen Q ?

Le désordre peut constituer un risque d’incendie et de sécurité et la maison peut être infestée de parasites. Certaines personnes se rendent compte que l’accumulation est un problème, mais beaucoup ne le savent pas.

Sans traitement, les symptômes persistent généralement tout au long de la vie, avec peu ou pas de changement.

Les causes de l’accumulation compulsive

Les personnes atteintes de la syllogomanie pensent qu’un objet sera utile ou précieux à l’avenir. Ou bien ils pensent qu’il a une valeur sentimentale, qu’il est unique et irremplaçable, ou qu’il est une trop bonne affaire pour être jeté.

Tout savoir sur la syllogomanie

L’amassement est un trouble qui peut être présent seul ou comme symptôme d’un autre trouble. Les troubles qui sont généralement associés à cela sont, le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), le trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive (TPO), le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité et la dépression.

Diagnostic

Les médecins diagnostiquent un trouble de la syllogomanie lorsque, la personne affectée a toujours du mal à se débarrasser de ses biens, quelle que soit leur valeur réelle.

  • La personne affectée conserve les objets principalement parce qu’elle se sent obligée de le faire, quelle que soit la valeur de l’objet lui-même.
  • Les possessions accumulées encombrent les zones de vie active (pas les sous-sols ou les zones de stockage) et affectent l’utilisation de ces zones pour l’usage auquel elles sont destinées.
  • La personne affectée se sent très angoissée à l’idée de se débarrasser de ses biens et/ou d’être moins apte à fonctionner à cause de l’accumulation.

Qui est concerné par la syllogomanie ?

Le trouble de l’accumulation commence souvent à l’adolescence et s’aggrave progressivement avec l’âge, causant des problèmes importants vers le milieu de la trentaine. Le trouble de l’accumulation est plus susceptible d’affecter les personnes de plus de 60 ans et les personnes souffrant d’autres troubles mentaux, notamment l’anxiété et la dépression.

Traitement

Une thérapie cognitivo-comportementale spécifiquement axée sur la syllogomanie peut également réduire les symptômes. Par exemple, les cliniciens peuvent essayer d’aider les personnes concernées à se débarrasser d’objets, à s’abstenir d’acquérir de nouvelles possessions (si l’acquisition excessive est un problème) et à améliorer leur prise de décision.

De nombreuses personnes ne veulent pas cesser d’accumuler des objets, et les cliniciens devront peut-être utiliser des techniques de motivation pour les aider à s’engager dans le traitement.