Dormir en cuillère : les bienfaits de cette position pour les couples

Dormir en cuillère : les bienfaits de cette position pour les couples

Dans l’intimité de la chambre à coucher, le sommeil partagé entre partenaires tisse des liens affectifs et renforce la complicité. La position dite « en cuillère », où l’un des partenaires se blottit dans le dos de l’autre en épousant la forme de son corps, est plus qu’une simple préférence nocturne. Cette configuration, adoptée par de nombreux couples au moment du repos, est l’objet d’études soulignant ses multiples bienfaits. Elle favoriserait une connexion émotionnelle profonde, une sensation de sécurité et pourrait même avoir des répercussions positives sur la santé physique et psychologique des individus.

La position cuillère : définition et origines

La position de la petite cuillère, terme évoquant immédiatement l’image de deux ustensiles emboîtés, désigne une position de sommeil où deux personnes se positionnent l’une contre l’autre en suivant le contour de leur corps. Historiquement, cette configuration rappelle les premières heures de l’humanité où le sommeil partagé constituait une stratégie de protection contre les menaces nocturnes. Aujourd’hui, elle symbolise plutôt l’intimité et le confort.

A voir aussi : Quelle assurance complémentaire santé choisir à la rentrée ?

Considérez cette position non seulement comme une préférence de sommeil mais aussi comme une expression de langage corporel, véhiculant sans paroles sécurité et tendresse. Dans le cadre d’une relation de couple, elle s’inscrit dans une dynamique de proximité et de soutien mutuel, où le toucher joue un rôle prépondérant dans la communication des émotions et des intentions.

La position cuillère suscite l’intérêt de la psychologie moderne. Corrine Sweet, une psychanalyste réputée, a souligné la capacité de cette position à renforcer le lien parental et la sensation de réconfort entre partenaires. Elle a aussi mis en avant son rôle dans l’amélioration de la qualité du sommeil, essentielle pour une santé optimale.

A voir aussi : Les astuces pour prévenir le mal de dos au quotidien

La position en cuillère, recommandée par des psychothérapeutes comme Steve McKeown, va au-delà du simple repos nocturne. Elle est associée à une meilleure intelligence émotionnelle au sein du couple, permettant de développer une compréhension mutuelle plus profonde. La sécrétion de l’ocytocine, souvent nommée hormone de l’amour, y est déclenchée, influant positivement sur le bien-être des partenaires et réduisant les niveaux de stress et d’anxiété.

Les effets positifs de la position cuillère sur la relation de couple

Dormir en couple s’avère être une activité propice à renforcer le tissu conjugal. Effectivement, la position de la petite cuillère favorise l’émergence d’une intimité protectrice, véritable cocon émotionnel. Sheldon Cohen, travaillant sur les effets de l’ocytocine, a constaté que cette hormone, libérée notamment dans cette configuration nocturne, contribue à la réduction du stress et de l’anxiété. Il en résulte un impact bénéfique non négligeable sur la santé mentale des partenaires.

La communication non verbale est aussi mise à l’honneur dans cette position. Par le langage corporel, les couples expriment leur soutien mutuel, leur compassion et leur amour, sans prononcer un mot. Cette forme d’échange renforce l’intelligence émotionnelle, permettant ainsi aux deux individus de mieux comprendre et gérer leurs émotions propres et celles de l’autre.

Les études de la sexualité humaine ont montré que la position de la petite cuillère peut influer positivement sur la tension artérielle, l’abaisser chez les individus enclins à l’hypertension. La chaleur et la proximité qu’elle procure, tout en stabilisant les battements cardiaques, agissent en facteurs de détente physique. Ce mécanisme de relaxation conjoint contribue à la santé globale du couple, tant sur le plan physique que mental.

Conseils pour adopter la position cuillère et améliorer le sommeil

Avant d’adopter la position de la petite cuillère, veillez à choisir un matelas adéquat. Un support trop mou ou trop ferme pourrait nuire à la qualité du sommeil et à la proximité recherchée dans cette posture. Un matelas de type « queen size » ou « king size » est souvent recommandé pour offrir suffisamment d’espace et permettre un enlacement sans contrainte.

L’utilisation d’oreillers s’avère aussi essentielle pour optimiser le confort. Un oreiller entre les genoux peut réduire la tension dans le bas du dos et améliorer l’alignement de la colonne vertébrale. Un oreiller adapté sous la tête garantit un soutien cervical et contribue à la prévention des douleurs matinales.

Concernant les troubles respiratoires nocturnes, la position de la petite cuillère peut être une alliée dans la lutte contre l’apnée du sommeil et le ronflement. Effectivement, cette disposition favorise une position latérale, souvent préconisée pour maintenir les voies respiratoires ouvertes et fluidifier la respiration pendant le sommeil.

Pour les femmes enceintes, dormir en cuillère est particulièrement bénéfique. Non seulement cette position libère la veine cave, facilitant ainsi la circulation placentaire, mais elle permet aussi de soulager les tensions dorsales fréquentes durant la grossesse. Elle prévient aussi l’insomnie en offrant un sentiment de sécurité et de confort, majeurs pour un sommeil réparateur.